Qui participe à nos formations et ateliers ?

  • des personnes qui ont quitté ou sont en train de quitter un univers professionnel qui ne leur convient plus et qui sont dans un processus de reconversion ou qui ont besoin de reconsidérer leurs perspectives personnelles

 

  • des personnes en mauvais termes avec les processus d'éducation plus traditionnels

 

  • des personnes engagées dans des structures, dans des collectifs dont le propos est directement adossé à une volonté de transformation sociale et politique (structures à échelle nationale ou locale)

 

  • des personnes souhaitant mener une action, une activité à titre personnel

 

  • des personnes (professionnelles ou bénévoles) en contact avec différents publics, œuvrant dans le domaine de la médiation culturelle, de l'animation de projets et/ou d'équipes, de l'enseignement, de l'accompagnement social, de la pratique artistique : bibliothécaires, enseignant-e-s, travaill(eur)euses sociales, artistes, coordinat(eur)rices de projets, animat(eur)rices, format(eur)rices...

 

  • des personnes souhaitant développer/découvrir des démarches d'éducation populaire

 

  • des personnes recherchant le plaisir de partager une activité au sein d'un groupe, de développer, s'initier à une pratique.

 

Ces personnes viennent de toute la France, parfois de Suisse, elles sont salariées, indépendantes, précaires, au chômage, retraitées, étudiantes et/ou bénévoles, activistes dans un projet collectif, dans une lutte, elles ont des diplômes ou pas, elles ont entre 25 et 80 ans. Elles ont la possibilité de faire financer leur formation, ou de la payer avec leur budget personnel en totalité ou en partie. Quand elles ont peu de ressources, elles bénéficient d'un tarif adapté sans avoir à présenter de justificatifs de revenu, à prouver/démontrer leur faible ressource.

Ces personnes sont majoritairement des femmes (environ 75% sur la moyenne de nos propositions).

Pourquoi on participe à une formation ?

En dehors des ressorts personnels propres à chacun-e, nous pouvons en énoncer quelques-uns :

  • faire le point, confronter un positionnement, se déplacer pour changer d'angle de vue

  • mettre sur l'établi une problématique

  • acquérir des points de repères théoriques

  • acquérir des outils et de la méthode pour renouveler sa lecture et ses façons d'agir dans des situations professionnelles, militantes mais également personnelles

  • découvrir et construire des déclencheurs/dispositifs pour mettre un groupe au travail

  • découvrir des démarches, être en contact avec des contenus culturels inhabituels ou nouveaux - en cela nous jouons un rôle d'université populaire

  • rencontrer d'autres personnes engagées différemment, échanger des expériences

  • être en groupe, se sentir plus à l'aise avec sa propre voix, sa propre parole, ses points de vue

  • développer des fonctions d'animation, de coordination

 

Se faire une idée des structures et groupes avec lesquels nous travaillons