les lectures vives...

En 2015 et 2016, Claire Terral et le Crefad-lyon ont imaginé les "lectures vives," et invité...

Un temps et un espace ouverts, pour entendre et voir surgir la création en cours, en train de s'écrire,

de s'inventer.

Le plus souvent du côté de la poésie, mais pas que...

Passeuse de textes, Claire Terral a ouvert chaque soirée avec une lecture de son choix, en écho à la proposition de l'invité.e.

Le plus souvent du côté des sciences humaines, mais pas que...

C'est ainsi que le 7 juin 2015, dans la galerie des Sarrazineurs, a eu lieu la première Lecture vive:

en ouverture, le texte de Virginia Woolf, Des professions pour les femmes,

suivi d'une proposition de Florentine Rey, poète performeuse, venue présenter son travail.

Des vidéos extraites de cette soirée sont visibles ici: http://florentine-rey.fr/

Florentine Rey

photographie: Fabienne Swiatly

Le 10 janvier 2016, nous avons accueilli Frédérick Houdaer, poète partageur, inventeur du Cabaret Poétique de Lyon depuis 2010, éditeur responsable de la collection poésie du Pédalo Ivre depuis 2012...

Nous lui avons lu quelques pages de Annie Dillard ...

Il nous a offert les textes qui ont été édités depuis aux éditions la Boucherie littéraire, sous le titre Nuit grave.

Retrouvez-le par ici: http://houdaer.hautetfort.com/

Le 3 avril 2016, carte blanche à Fabienne Swiatly, venue nous faire partager son univers et son travail en cours,

sur le bord de ses différents chantiers : carnets,  théâtre, roman, poésie, tentatives sonores, blog, chroniques …

En ouverture, Claire Terral a lu un texte de Georges Perec.

Retrouvez les livres de Fabienne aux éditions Color Gang et La fosse aux ours

Et son blog c'est par là: la trace bleue

Enfin le 5 juin 2016, nous avons invité Fanny Riou, danseuse et chorégraphe, venue prendre elle aussi la tangente des mots ...

-------------------------------------------------------------

Nous ne souhaitons pas devenir programmateurs/trices,

et aujourd'hui les Lectures vives sont en sommeil ....

Elles se réveilleront peut-être un jour ?

Nous vous le dirons !